Poème de Chen Wangting

Traduction du poème attribué à Chen Wangting, le fondateur du Taiji Quan (1600-1680).

Ce poème est une expression simple et efficace, proche des origines du TaijiQuan. L’essentiel est exprimé d’un seul trait. La traduction est recomposé en vers à 18 pieds. Certaines libertés ont été prisent sans changer le sens afin de conserver le rythme et la fluidité de l’expression.

纵放屈伸人莫知,诸靠缠绕我皆依, Zòng fàng qū shēn rén mò zhī, zhū kào chán rào wǒ jiē yī,
劈打推压得进步,搬撂横采也难敌。 pī dǎ tuī yā dé jìn bù, bān liào héng cǎi yě nán dí.
钩棚逼揽人人晓,闪惊取巧有谁知? Gōu péng bī lǎn rén rén xiǎo, shǎn jīng qǔ qiǎo yǒu shuí zhī?
佯输诈走谁云败,引诱回冲致胜归。 Yáng shū zhà zǒu shuí yún bài, yǐn yòu huí chōng zhì shèng guī.
滚拴搭扫灵微妙,横直劈砍奇更奇。 Gǔn shuān dā sǎo líng wéi miào, héng zhí pī kǎn qí gèng qí.
截进遮拦穿心肘,迎风接步红炮捶; Jié jìn zhē lán chuān xīn zhǒu, yíng fēng jiē bù hóng pào chuí;
二换扫压挂面脚,左右边簪庄跟腿; Èr huàn sǎo yā guà miàn jiǎo, zuǒ yòu biān zān zhuāng gēn tuǐ;
截前压后无缝锁,声东击西要熟识。 Jié qián yā hòu wú fèng suǒ, Shēng dōng jī xī yào shú shí.
上笼下提君须记,进攻退闪莫迟迟。 Shàng lóng xià tí jūn xū jì, jìn gōng tuì shǎn mò chí chí.
藏头盖面天下有,攒心剁肋世间稀。 Cáng tóu gài miàn tiān xià yǒu, cuán xīn duò lē shìjiān xī.
教师不识此中理,难将武艺论高低。 Jiào shī bù shí cǐ zhōng lǐ, nán jiāng wǔyì lùn gāodī.

Lorsque je me courbe et me soumet, mes adversaires ne savent pas,
Que je prend le contact et m’enroule, en les suivant intégralement,
Je suis sur le point de fendre, de frapper, de pousser où de presser,
D’un changement soudain j’en tire profit, il est dur d’y résister.

Crocheter, bloquer, forcer et enserrer, tout le monde en est capable,
Esquiver, surprendre, retourner la situation, qui le peut ?
Feindre de laisser venir, semblant de s’en aller, qui sera perdant ?
Tenter, attirer puis retourner et charger appartient au gagnant.

Rouler, neutraliser, s’emparer, balayer, sont habile et subtile.
Fendre franc et brutalement en rompant l’attaque est plus surprenant.
Pénétrer en masquant, bloquer et traverser du coude jusqu’au coeur,
Progresser tel une rafale de vent vers l’assaut victorieux ;

Ensuite, changer pour presser et s’accrocher où balayer les bases,
De gauche et de droite, contenir et assiéger en poursuivant
Intercepté devant et contenu derrière, la prise est sans faille,
Aller à l’est pour frapper à l’ouest doit être très bien maîtrisé.

Que le souverain se rappel ; couvrir le haut et s’adapter en bas ;
Attaquer et reculer en un éclair et sans hésitation.
Se protéger la tête et se couvrir le visage est des plus commun
Monter au coeur et trancher les flancs est une chose beaucoup plus rare.

Si l’enseignant méconnaît ces principes centraux à l’art martial,
Alors il lui sera difficile d’en acquérir la théorie.

Traduction par Sam, aout 2014.

Partager
Défiler vers le haut